Nous avons tous été éduqués au « conte de fée ». Que racontaient nos contes de fée quand nous étions enfant ? Tous ou presque parlaient de la même chose : « Ils tombèrent amoureux, se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ».

Or, hélas, rien n’est plus faux. En réalité, l’amour « champagne » lorsque l’on rencontre une personne dure deux à trois ans. Ensuite, si l’on considère cet amour comme acquis pour toujours, la routine n’est pas loin. il s’agit alors de réfléchir en toute sincérité à deux et d’infléchir nos comportements : dès que l’on sent s’installer des habitudes dans le couple, une monotonie, une routine sexuelle, il s’agit au contraire de s’interroger : que deviens t-on ? Comment retrouver l’alchimie de ce qui a fait notre amour ? Qu’avons nous comme projet à deux ?

Nous ne sommes jamais amoureux de quelqu’un par hasard. Dans la personne que nous aimons, il y a, bien sûr, le partenaire amoureux, mais aussi l’ami(e) que nous avons ou que nous aimerions avoir, le frère ou la sœur, que nous avons eus ou pas eux, une part de notre environnement familial, le (la) confident, etc.

Quand les difficulté du couple se font jour, lorsque l’on attend l’autre, sa compagne ou son compagnon, avec de l’angoisse, du stress, quelque chose dans l’harmonie des débuts s’est abimé. Mais n’est pas perdu pour autant.

Quand l’un ressent un malaise dans la relation de couple, il y a fort à parier que l’autre l’éprouve aussi, mais d’une manière inconsciente, ou par peur, et n’ose pas en parler.

Oui, toute relation possède sa part de peur, intime, même minime, y compris avec la femme ou l’homme avec laquelle l’on partage sa vie depuis des années.

D’abord parler, car la parole et l’écoute, qui sont inséparables, permettent de se faire confiance à nouveau. Elles contribuent aussi à renouer avec les premiers jours de l’amour : lorsque l’on est attiré vers quelqu’un et que l’on n’ose pas lui parler. Et puis, le pas franchis, l’autre aimé nous sécurise, nous apaise, nous fait découvrir un nouvel horizon.

Un couple qui se construit ressemble à une cheminée. Pour qu’il (elle) survive et apporte la chaleur tant aimée, il faut chaque jour apporter du bois.

La ville au conte de Noël