Si nous sommes arrivés à ce degré d’évolution, de civilisation, de créativité, c’est en grande partie grâce à notre peur. La période où le cerveau de nos ancêtres a le plus augmenté est l’ère où ils ont eu à faire face au maximum de difficultés, catastrophes de toutes sortes, maladies, épidémies, conflits tribaux, etc. Mais cette peur, qui nous a aidé à devenir ce que nous sommes, peut aussi nous envahir, nous absorber, prendre toute la place. Et les animaux « évolués » que nous sommes ressentent les troubles de cette peur « évoluée » elle aussi : stress, angoisse, anxiété…Si nous sommes ainsi devenus si perméables à la peur au point qu’elle peut nous envahir, c’est parce que nous avons souffert dans nos relations, autrefois. Peut-être dès l’enfance, si nous n’avons pas eu la chance d’avoir eu des parents sécurisants, ou à l’occasion d’un événement plus récent. Le plus sûr moyen d’apaiser cette peur reste donc la relation qui va permettre de réparer les blessures émotionnelles qu’elle nous a fait vivre, après nous avoir tant sauvé. Ces nouvelles relations, ici et maintenant, vont se réaliser, se développer, notamment par une parole féconde entre les êtres et va permettre de faire taire les vieux démons qui se cachent dans nos peurs d’enfant.

paysage